Réforme des retraites : c’est toujours non !

 

 

Au cours de l’hiver dernier, notre profession s’est dressée dans le cadre d’une mobilisation historique contre le projet inique de réforme des retraites. Aux côtés du CNB, le SAF a maintenu une position ferme consistant à rejeter tout prétendu compromis qui aboutissait en réalité à la remise en cause de notre caisse autonome de retraite.

 

Sous l’impulsion des élu·e·s du SAF, notamment, le Conseil de l’Ordre a su prendre ses responsabilités en convoquant l’assemblée générale du 11 février dernier rassemblant plus de 1000 consœurs et confrères, en organisant des « défenses massives », en appelant à manifester…

 

Ce combat, nous devrons sans doute encore le mener demain.

 

En effet, le ministre de l’Économie, Bruno LEMAIRE, l’annonçait encore fin septembre : la réforme des retraites n’est pas abandonnée.

 

Alors, plus que jamais, notre Ordre doit maintenir une position claire : la réforme des retraites, c’est toujours non !

 

En effet, il est hors de question pour nous d’accepter une réforme aux conséquences désastreuses :

  • destruction d’un régime autonome solidaire et à l’équilibre, ainsi que de sa réserve de 2 milliards d’euros ;

  • doublement du taux de cotisations de 14% à 28% ;

  • baisse de la pension minimum de 1.416 euros à 1.000 euros ;

  • augmentation des inégalités, notamment entre hommes et femmes, puisque la retraite par points, où chacun cotise pour soi-même, défavorisera les consœurs et confrères aux revenus les plus faibles – étant rappelé qu’à Paris les avocates perçoivent en moyenne 51% de revenus en moins que les avocats ;

  • augmentation des charges entrainant la disparition de nombreux cabinets d’avocat·e·s, déjà fragilisés économiquement par la crise sanitaire.

 

Au conseil de l’Ordre, dans la lignée des combats menés par le SAF sur cette question, nous veillerons à ce que notre intransigeance d’hier soit encore celle de demain.